SPATIAL CITY : AN ARCHITECTURE OF IDEALISM

Yona Friedman Ville Spatiale, 1959-1960 Collection Frac Centre Photographie François Laugine Courtesy Yona Friedman - GIFSpatial City : An Architecture of Idealism est la première présentation des collections des Fonds régionaux d’art contemporain aux États-Unis. Associant l’ensemble des Frac, cette exposition circulera pendant toute l’année 2010 entre trois villes du Middle West : Milwaukee, Chicago et Detroit.

L’exposition a été conçue sur un principe de carte blanche confiée à Nicholas Frank, responsable des expositions au sein d’Inova (Institute of Visual Arts) à Milwaukee et commissaire général de Spatial City. Elle réunit un ensemble international et multi-générationnel d’artistes, en faisant la part belle à ceux vivant en France, avec une quarantaine d’œuvres et une dizaine de programmations vidéos.


Berdaguer & Péjus Divan, 2003 Vue de l'exposition A nous deux, Frac Basse-Normandie Photographie Marc Domage - GIFNicholas Frank définit Spatial City comme un projet sur l’idéalisme, qui, s’il devait avoir une structure, -une architecture-, serait comme une dynamique dialectique entre deux pôles, celui de l’optimisme et de la pensée utopique, et celui du cynisme, qui suit l’échec d’une révolution ou la perte d’optimisme face à la réalité pragmatique. L’exposition a pour point de départ les travaux théoriques de Yona Friedman sur l’architecture. Dans le contexte de l’après-guerre, ces derniers ont influencé des générations de penseurs français et d’artistes conceptuels répondant à ses dessins comme à autant de constructions philosophiques dignes d’exploration, d’explication et de débats. Pour Nicholas Frank, si l’architecture est présente dans l’exposition, c’est moins en tant que pratique que comme une manière d’envisager le monde. Ainsi, c’est avant tout la postérité de la pensée de Yona Friedman qui traverse l’exposition, pensée selon laquelle, notamment, la ville se fabrique avec et à partir de l’expérience de ses habitants tandis que l’architecte propose une forme ou un cadre aux usages.


Jordi Colomer Anarchitekton, 2002 Collection Frac Centre Courtesy Jordi Colomer - GIF Dans une scénographie adaptée et renouvelée à chaque étape de leur présentation, les œuvres de Spatial City offrent des situations qui laissent place au hasard dans la composition de leurs éléments ou à la possibilité d’une intervention du spectateur. Elles suggèrent une architecture anti-monumentale, adaptée à l’échelle des valeurs ou du temps humain. Si Spatial City s’ouvre avec les dessins éponymes réalisés par Yona Friedman au début des années 60, elle se termine par Sans titre (Labours 4) de Didier Marcel, moulage d’une terre fraîchement labourée et présentée au mur, comme un parcours entre ciel et terre.

Un catalogue restituant l’exposition et ses trois étapes sera publié au printemps 2010. Édition bilingue anglais-français.


Spatial City : An Architecture of Idealism circulera entre trois villes du Middle West :
Milwaukee • 5 février-18 avril 2010 - Institute of Visual Arts (Inova)

Chicago • 23 mai-8 août 2010 - Hyde Park Art Center

Detroit • 10 septembre-26 décembre 2010 - Museum of Contemporary Art (MOCAD)

Yves Bélorgey Préparation de la Muraille de Chine Collection Frac Limousin - GIF Conception de l’exposition et commissaire général : Nicholas Frank, Inova, Peck School of the Arts, University of Wisconsin, Milwaukee
Commissaires associés : Allison Peters Quinn (Hyde Park Art Center) et Luis Croquer (MOCA, Detroit) Commissaires associés pour les Frac : Eva González-Sancho (Frac Bourgogne) et Yannick Miloux (Frac Limousin)
Coordination générale et développement du projet : Marie-Cécile Burnichon, coordinatrice de Platform

Initiés par le Service Culturel du Consulat Général de France en collaboration avec Platform (Regroupement des Fonds régionaux d’art contemporain), le projet Spatial City : An Architecture of Idealism et ses différentes étapes bénéficient du soutien de Culturesfrance, du ministère de la Culture et de la Communication/Délégation aux arts plastiques et du Service Culturel de l’Ambassade de France aux États-Unis.

Platform reçoit le soutien des collectivités territoriales et du ministère de la Culture et de la Communication/Délégation aux arts plastiques et Directions régionales des affaires culturelles.

Informations complètes

JPEG

Dernière modification : 01/02/2010

Haut de page